Being Influenced by others - When you're a creator.

Version française plus bas!

When I started tattooing, I had the chance to spend a couple of days with Yann Black (Your Meat Is Mine). And something he told stick with me. I think his customer asked what kind of artist does he follow or liked. And his answer was that he didn't look at other people's work. Because he had his own style, his own thing, and he was too afraid of being influenced by other people's work, even unconsciously.

In present time, with social media, scrolling hundreds of images every day, and the tattoo industry being more and more crowded, I can definitely see what he means.

I even had some of my customers told me they saw some influences between me and my co-worker. We worked some years together, and we ourselves could clearly see that kind of unconscious influence.

 

So what do you do in that case?

I'm fighting this, a lot, because often I think the drawings I produce resemble a bit too much this or this artist.

Talking with a friend, she tells me that I'm the only one seeing it, or that anyway, we don't invent anything new these days. (I kind of agree, art history has gone through so many different and innovative eras, that it's nearly impossible to create something truly new and never seen before).

 

I'll try something then.

I'll limit my time everyday on social media. I'll still go check it out a bit, cause I'd like to know what my friends are up to, but I won't just take my phone and scroll mindlessly through Instagram every time I don't know what to do or when I have five minutes to spare.

Secondly, I'll just go to my own work for inspiration.

I just set up some note pages I photocopied from my sketchbook on my wall above my desk, and some small pics of drawings I made that have something that I like. The notes contain ideas on how to approach my practice, lists of stuff I like in my work when I analyze it, and quotes of artists I admire that I find relevant.

wall-notes-web.jpg

One of my big issues has been truly enjoying the process of drawing, like when I was a kid. It's not an original story, I met a lot of people in the same pattern :

You go to an art school for a few years to learn more and improve, but you mainly end up with the fear of doing shitty work. I've talked with people who are paralyzed and truly panicked about this. I can relate to that. (one time I ended up not being able to produce a single "barely good" drawing in a month. I spent the rest of my year in the lithography atelier, and it saved my life, 'cause I couldn't draw anymore)

Don't get me wrong, I love drawing, I've done it all my life, and I'm constantly thinking about it. But the little voices of "others", usually mainly judgmental, are always there too.

It does take time to learn to not give a fuck about what anyone could think about what you do, especially with such a subjective thing as drawing, painting, or art in general.

 

Maybe the answer is also not to think too much about it, or of it.

I remember someone saying if you're afraid of something, that's exactly what you should be doing. And I believe it applies completely to art and practicing it. (It was Marina Abramovic).

Don't think about it, just do it.

It end's up being crap?

Who cares? At least you tried, and doing it and trying is a good practice anyhow.

So good for you! You did something!

And we don't excel at something by not doing and not even trying.

 

So tell your head to shut up, and get to work.

(Yup, I'm talking to myself now.)

If you like reading this, don't hesitate to comment, and feel free to ask questions too, I could make more of these (for example: what contains my notes on my wall, or what happened when I could not draw anymore)

Thanks for stopping by!

San

 

*****

Quand j'ai commencé à tatouer, j'ai eu la chance de passer quelques jours avec Yann Black (Your Meat Is Mine). J'ai fût marquée par quelque chose qu'il a dit : il me semble que son client lui demandait quels artistes il aimait et dont il suivait le travail. Sa réponse fut qu'il ne regardait pas le travail des autres. Il avait son propre style, sa propre patte graphique, et qu'il avait trop peur d'être influencé par le travail des autres, même inconsciemment.

De nos jours avec les réseaux sociaux, en scrollant des centaines d'images tous les jours, et l'industrie du tattoo comprenant de plus en plus d'artistes, je comprends ce qu'il voulait dire.

J'ai même certains de mes clients qui m'ont fait remarquer des influences entre ma collègue et moi-même. Nous avons travaillé plusieurs années ensemble, et nous pouvions clairement voir cette influence inconsciente.

 

Que faire dans ce cas?

Je me bats beaucoup contre ça, car régulièrement je trouve que les dessins que je produis ressemblent un petit peu trop à tel ou tel artiste.

J'en ai discuté avec une amie, qui m'a rétorqué que je suis la seule à le voir, ou que de toute manière, nous n'inventions plus rien de nouveau de nos jours (je suis assez d'accord, l'histoire de l'art a vu passer des époques tellement innovantes et différentes qu'il est presque impossible de créer quelque chose de réellement nouveau et jamais vu auparavant).

 

Voici ce que je vais essayer.

Je vais limiter mon temps quotidien sur les réseaux sociaux. J'irai regarder un peu ce qui s'y passe, car j'aime bien savoir ce que font mes potes, mais je ne scrollerai plus inconsidérément Instagram chaque fois que je ne sais pas quoi faire ou que j'ai cinq minutes à perdre.

Deuxièmement, je me tournerai vers mon propre travail pour m'inspirer.

Je viens de coller sur mon mur au-dessus de mon bureau des pages de notes  photocopiées de mes carnets de croquis, et des photos de dessins que j'ai faits qui ont quelque chose qui me plaît. Les notes de mes carnets contiennent des idées et réflexions sur comment approcher ma pratique du dessin, des listes d'éléments qui me plaisent dans mon travail quand j'en fais l'analyse, et des citations d'artistes que j'admire et que je trouve pertinentes.

wall-notes-web.jpg

Une de mes grandes questions jusqu'ici a été de réellement apprécier le processus de dessin, comme quand j'étais enfant. Ce n'est pas une histoire originale, j'ai rencontré beaucoup de personnes dans le même schéma :

Nous passons quelques années dans une école d'art pour apprendre et nous améliorer, mais nous finissons surtout avec la peur de faire de la merde. J'ai eu l'occasion de discuter avec des gens qui sont paralysés par cette peur, et réellement paniqués.

Je peux comprendre. (A une époque j'ai fini par ne plus être capable de produire un dessin "à peine bon" pendant un mois. J'ai fini mon année académique dans l'atelier de lithographie, ce qui m'a sauvé la vie, parce que je ne savais plus dessiner).

Ne vous méprenez pas, j'adore dessiner, je dessine depuis toujours, et j'y pense constamment. Mais les petites voix des "autres", généralement principalement critiques, sont toujours là aussi.

Cela prend effectivement du temps d'apprendre à n'en avoir rien à foutre de ce que quiconque peut penser de ce que vous faites, particulièrement avec des domaines aussi subjectifs que le dessin, la peinture, ou l'art en général.

 

Peut-être la réponse est-elle de ne pas trop y penser, ou de ne pas trop y accorder d'importance.

Je me rappelle de quelqu'un disant que si vous avez peur de quelque chose, c'est exactement ce que vous devriez faire. Et je pense que ça s'applique complètement à une pratique artistique. (C'était Marina Abramovic).

N'y réfléchis pas, fait le.

Ca fini par être de la merde?

On s'en fout, au moins t'as essayé, et essayer c'est un bon entrainement quoi qu'il en soit.

Et on ne devient pas doué en ne faisant rien et en n'essayant même pas.

Donc dis à ta tête de la fermer, et mets toi au travail.

(Yep, je me parle à moi-même maintenant.)

 

Si vous avez aimé lire ceci, n'hésitez pas à commenter, à poser des questions, je pourrais refaire des articles dans le même genre (exemple :  que contiennent mes notes sur mon mur, ou qu'est-ce qui s'est passé quand je ne savais plus dessiner).

Un grand merci d'être passés par ici!

 

San